28 janvier 2014

Les Katas

Katas

Ces katas représentent des exercices de style, de concentration particulièrement difficiles et constituent la source même des principes du judo. La bonne exécution de ces katas nécessite de ce fait de longues années de pratique pour permettre au judoka d’en saisir le sens profond. Les plus connus des katas sont

Formes dite « Kodokan »

  1. Nage-no-kata 

    (forme des projections) composé de 5 groupes (te-waza, koshi-waza, ashi-waza, mae-sutemi-waza, yoko-sutemi-waza).

Katame no kata

    1. (forme des contrôles) composé de 3 groupes (osae-komi-waza, shime-waza, kansetsu-waza), il est composé des techniques suivantes :

      Osaekomi-waza (techniques d’immobilisation) :

      kuzure-gesa-katame (contrôle latéro-costal)
      kata-gatame (contrôle par l’épaule)
      kami-shiho-gatame (contrôle arrière sternal)
      yoko-shiho-gatame (contrôle latéro-sternal)
      kuzurekami-shiho-gatame (variante du contrôle arrière sternal)

      Shime-waza (techniques d’étranglement) :

      kata-juji-jime (étranglement croisé)
      hadaka-jime (étranglement arrière par l’avant-bras)
      okuri-eri-jime (étranglement arrière par le revers)
      kata-ha-jime (étranglement par contrôle d’un bras)
      gyaku-juji-jime (étranglement croisé facial)

      Kwansetsu-waza (techniques de luxations) :

      de-garami (luxation en torsion)
      ude-hishigi-juji-gatame (luxation en croix)
      ude-hishigi-ude-gatame (luxation en hyper-extension)
      ude-hishigi-hiza-gatame (luxation du bras par le genou)
      ashi-garami (luxation de la jambe)

Kime-no-kata 

    1. (forme de la décision). Le Kime no Kata met en application la défense contre des attaques à mains nues et armées :

      Idori (assis) >>

      contre une attaque non-armée

      ryo-te-dori (prise des deux mains)
      tsuki-gake (coup de poing à l’estomac)
      suri-age (coup au visage)
      yoko-uchi (coup de poing de côté)
      ushiro-dori (prise aux épaules par l’arrière)

      contre une attaque armée

      tsuki-komi (coup de pointe à l’estomac)
      kiri-komi (coup de tranchant sur la tête)
      yoko-tsuki (coup de pointe de côté)

      Tachi-aï (debout) >>

      contre une attaque non-armée

      ryo-te-dori (prise des deux mains)
      sode-tori (prise de manche)
      tsuki-kake (coup de poing au visage)
      tsuki-age (coup de poing de bas en haut)
      suri-age (coup au visage)
      yoko-uchi (coup de poing de côté)
      ke-age (coup de pied au bas-ventre)
      ushiro-dori (prise aux épaules par l’arrière)

      contre une attaque armée

      tsuki-komi (coup de pointe à l’estomac)
      kiri-komi (coup de tranchant sur la tête)
      nuki-kake (blocage du sabre)
      kiri-oroshi (pourfendre avec le sabre)

Kodokan Goshin jutsu

    1. Le Goshin Jitsu est un kata de Ju Jitsu qui met en application une défense contre des attaques à mains nues, au couteau, au sabre et au revolver :

      Toshunobu (attaques sans l’aide d’armes) :

      Saisie de près Ryote dori (prise des deux poignets)

      Hidari eri dori (prise du col gauche)
      Migi eri dori (prise du col droit)
      Kata ude dori (prise d’un bras)
      Ushiro eri dori (prise du col par l’arrière)
      Ushiro jime (étranglement par l’arrière)
      Kakae dori (ceinturer par l’arrière)
      Attaques de loin Namame uchi (coup de poing lancé de côté)

      Ago tsuki (coup de poing en uppercut)
      Ganmen tsuki (coup de poing direct à la face)
      Mae geri (coup de pied direct par devant)
      Yoko geri (coup de pied de côté)

      Bukinobu (Attaques à l’aide d’une arme) :

      Attaques avec un poignard Tsukake (coup de poing direct)

      Choku tsuki (pique à l’estomac)
      Namame tsuki (coup de la pointe en biais)
      Attaques avec un bâton

      Furi age (lever le bâton)
      Furi oroshi (coup à deux mains vers le bas)
      Morote tsuki (coup de pointe à deux mains)
      Attaques avec un revolver Shomen tsuke ( » haut les mains  » de face)

      Koshi gamae ( » haut les mains  » de face avec revolver à la hanche)
      Haimen tsuke ( » haut les mains  » par derrière)

Ju-no-kata

A. (forme de la souplesse).  Le Ju no Kata est composé des techniques suivantes :

Première série

tsuki-dashi (transpercer avec la main)
kata-oshi (pousser à lépaule)
ryote dori (prise des deux mains)
kata-mawashi (rotation des épaules)
ago-oshi (repousser le menton)

Deuxième série

kiri-oroshi (fendre la tête avec une arme)
ryo-kata-oshi (pression sur les deux épaules)
naname-uchi (fendre en biais)
katate-dori (prise d’une main)
katate-age (lever la main pour frapper)

Troisième série

obi-tori (prise de la ceinture)
nune-oshi (pousser à la poitrine)
tsuki-age (coup de poing de bas en haut)
uchi-oroshi (coup de poing de bas en haut)
ryogan-tsuki (piquer les yeux)

Itsutsu-no-kata

    1. L’Itsutsu no Kata est le dernier à avoir été créé par Jigoro Kano, il est mort avant de le terminer. Il est appelé kata des cinq principes ou kata des oiseaux représentant les principes de l’univers : Les cinq techniques qui le composent n’ont pas de nom.
    2. Itsutsu no Kata par Kyuzo Mifune :Les 5 éléments :1er élément : la terre
      土 CHI / tsuchi
      Principe de la concentration d’énergie, c’est une Poussée continue qui illustre qu’une force utilisée à bon escient et rationnellement sans interruption mène au déséquilibre.

      2ème élément : le feu
      火 KAA / Hi
      Principe de la non-résistance, l’aspiration au moment juste permet la maîtrise de l’attaque en utilisant la force de l’adversaire d’Uke.

      3ème élément : le vent
      風 FUU / kase
      Principe des forces centrifuges, la séparation de deux forces qui tournent l’une autour de l’autre, ne se rencontrent pas, elles se repoussent mais une des deux forces a établi un centre stable.

      4ème élément : l’eau
      水 SUI / mizu
      Principe du flux et du reflux , du pendule, une vague arrive, sur le rivage marque un temps de battement/une respiration puis se retire en emportant le partenaire sur son passage.

      5ème élément : le vide
      空 KU / kara
      Principe du vide , de l’inertie, de l’instantanéité , la victoire au-delà du temps , la stabilité-vide la collision des deux forces semble inévitable mais pourtant elle ne se produit pas.

Koshiki-no-kata

    1. Le Koshiki no Kata est le « kata antique » :

      La première partie est assez lente car les judokas sont censés porter une armure. Dans la seconde, ils ont retiré l’armure et le kata s’accélère :

      Omote (face)

      tai (posture de départ)
      yume-no-uchi (entre rêves)
      ryokuhi (emploi de la force)
      mizu-guruma (le moulin que l’eau fait tourner)
      mizu-nagare (courant d’eau)
      hiki-otoshi (tirer et faire tomber)
      kodaore (tronc d’arbre gisant)
      uchi-kudaki (réduire en poudre)
      tani-otoshi (chute dans la vallée)
      kuruma-daoshi (roue projetée)
      shikoro-doshi (prise d’épaulière)
      shikoro-gaeshi (renversement par épaulière)
      yudachi (averse d’été)
      taki-otoshi (faire tomber comme une cascade)

      Ura (inverse)

      mi-kudaki (réduire le corps en poudre)
      kuruma-gaeshi (roue renversée)
      mizu-iri (plonger dans l’eau)
      ryu-setsu (la neige sur le saule)
      saka-otoshi (tomber ne culbute)
      yuki-ore (branche cassée par la neige)
      iwa-nami (rocher balayé par les vagues)

Seiryoku-zen’yo-kokumin-taiiku

    1. (éducation physique nationale pour l’efficacité maximum) – ce kata contient le kime-shiki (forme de la décision, à destination des femmes).

Joshi goshin-ho

autres formes :

Go-no-sen-no-kata

(forme des contre-prises)

 

Nanatsu-no-kata

    1. (forme des sept techniques)

Nage-Ura-No-Kata

    1. (autre forme de contre prises créée par maître Mifune)

KYUZO MIFUME
Il a 13 ans lorsqu’il commence le jùdô. Il rejoint le Kôdôkan en 1903. En 1912, il était déjà un Rokudan (6e dan) et un instructeur du Kôdôkan. Il était incroyablement énergique et fini par parvenir à la tête des instructeurs du Kôdôkan. La vitesse avec laquelle il a maîtrisé les techniques du Jùdô peut seulement être comparé à la rapidité de sa promotion. En recevant le 10e Dan le 25 mai 1945, il devint le 2e plus jeune homme à obtenir le 10e dan, grade qu’il gardera pendant presque 20 ans c’est à dire plus longtemps de n’importe quel 10e dan. Il était humble et permanent du groupe consultatif de dôjo de Kôdôkan. Il est l’auteur du « Canon du Jùdô ». En 1964 le gouvernement Japonais lui a attribué l’honneur de l’ordre du soleil levant. Il fut la première personne à être honorer de cette manière pendant sa vie. Avant sa mort le 27 janvier 1965, il était le seul 10e Dan vivant dan dans le monde.
Kyuzo Mifune AJCM

Kyuzo Mifune AJCM

 

Concours de kata : depuis quelques années des compétitions de kata sont organisées à travers l’Europe et le monde, notamment en Belgique et en France où il existe un circuit national.

Laisser un commentaire