13 décembre 2016

Arbitrage Judo

Arbitrage judo FFJDA

L’arbitre est le directeur du combat et deux juges arbitres l’assistent. En compétition, l’arbitrage est difficile, afin de bien différencier les combatants l’un porte un judogi (ou kimono) blanc et l’autre bleu. L’attribution d’avantages debout, voire au sol, demande toujours une part de jugement personnel de l’arbitre, ce qui veut dire que les décisions qu’il prend sont parfois contestables et contestées. Ce problème est en principe résolu grâce à l’aide des arbitres de coin (mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas). La décision validée par au moins deux des trois arbitres l’emporte. Sortie du tatami, la décision est incontestable.

regles-arbitrage-judo

Termes génériques :

  • HAJIME : commencez
  • MATE : pause dans le combat
  • SOREMADE : fin du combat
  • HIKI-WAKE : égalité
  • SONOMAMA : ne bougez plus, lorsque l’arbitre veut vérifier sans modifier l’issue du combat
  • YOSHI : reprenez le combat (après SONOMAMA)
  • HANTEI : décision des juges
  • OSAE-KOMI : début d’immobilisation au sol
  • TOKETA : sortie d’immobilisation au sol

Avantages :

  • KINZA : avantage non comptabilisé, ni annoncé, pris en compte par l’arbitre pour départager les combattants en cas d’égalité. Il correspond à une attaque franche.
  • YUKO : 5 points, avantage moyen, par projection temps d’immobilisation au sol ou sanction à l’adversaire.
  • WAZA-ARI : 7 points, presque la victoire, par projection temps d’immobilisation au sol ou sanction à l’adversaire.
  • IPPON : 10 points, victoire acquise (point) par projection dite « parfaite », immobilisation de l’adversaire jusqu’au terme du temps, en cumulatif de l’avantage de points Waza-ari debout ou au sol, par abandon de l’adversaire par soumission, c’est la fin du combat.

Sanctions :

  • SHIDO : le premier avertissement est « gratuit » anciennement il donnait un Koka
  • 2ème SHIDO : 2e avertissement donne un Yuko
  • 3ème SHIDO : 3e avertissement donne un waza -ari
  • HANSOKU-MAKE : 4e et dernier avertissement ippon à l’adversaire (disqualification) ou faute grave (disqualification de la compétition ou du combat) ou accumulation de quatre fautes légères (disqualification du combat).